Taste Canada Awards – Hall of Fame /
Le Temple de la renommée Les Saveurs du Canada

Sponsored by the Culinary Historians of Canada /
Commandité par les Historiens culinaires du Canada

Click for downloadable copy/ Cliquez pour une copie téléchargeable.

The Culinary Landmarks Hall of Fame celebrates the personalities who have shaped Canadian culinary writing and made a lasting contribution to our culture through their influential and inspirational cookbooks. Collectively, these authors’ stellar books or bodies of work have had a durable impact on understanding the evolution of our unique Canadian cuisine.

The Culinary Landmarks Hall of Fame / Le Temple de la Renomée du Livre Culinaire Canadien award was created by Taste Canada: The Food Writing Awards in 2009 to honour the publication of Culinary Landmarks: A Bibliography of Canadian Cookbooks 1825–1949 by Elizabeth Driver, its first recipient.

Taste Canada celebrates Canada’s world-class culinary writers and food culture. The annual Food Writing Awards nurture an industry inspired by our vibrant culture, celebrates our stories, embraces our collective history and explores our family legacies through food. More than just the ingredients we consume, food is a symbol of our shared culture, varied traditions, unique history and heritage. Food is at the heart of the Canadian identity. It is ingrained in our culture, from coast to coast. It was founded as Cuisine Canada in 1997.

CHC sponsorship for the historical people posthumously inducted into the Hall of Fame started in 2014, and the following year CHC also started to sponsor the current inductees too.

 

Le Temple de la renommée Les Saveurs du Canada célèbre les personnalités qui ont façonné l’écriture culinaire canadienne et apporté une contribution durable à notre culture grâce à leurs livres de cuisine influents et inspirants. Collectivement, les livres ou les œuvres stellaires de ces auteurs ont eu un impact durable sur la compréhension de l’évolution de notre cuisine canadienne unique.

Le prix CULINARY LANDMARKS HALL OF FAME / LE TEMPLE DE LA RENOMMÉE DU LIVRE CULINAIRE CANADIEN a été créé par Cuisine Canada en 2009 pour honorer la publication de Culinary Landmarks: A Bibliography of Canadian Cookbooks 1825–1949 par Elizabeth Driver, sa première récipiendaire.

Cuisine Canada est devenu Taste Canada: The Food Writing Awards en 2013. La récompense a été renommée TASTE CANADA HALL OF FAME / LE TEMPLE DE LA RENOMMÉE LES SAVEURS DU CANADA en 2016. Les Saveurs du Canada célèbre les auteurs culinaires de renommée mondiale et la culture culinaire du Canada. Les LAURÉATS DES ÉCRITS CULINAIRES annuels nourrissent une industrie inspirée par notre culture dynamique, célèbrent nos histoires, embrassent notre histoire collective et explorent nos patrimoines familiaux à travers la nourriture. Plus que les ingrédients que nous consommons, la nourriture est un symbole de notre culture commune, de nos traditions variées, de notre histoire et de notre patrimoine unique. La nourriture est au cœur de l’identité canadienne. C’est ancré dans notre culture, d’un océan à l’autre.

Les HISTORIENS CULINAIRES DU CANADA étudient, interprètent, préservent et célèbrent le patrimoine culinaire du Canada, qui a été façonné par les traditions alimentaires des peuples des Premières nations et des générations d’immigrants de toutes les régions du monde. Grâce à des programmes, des événements et des publications, le CCH éduque ses membres et le public sur l’histoire des aliments et des boissons du Canada. Elle a été fondée en Ontario en 1994.

Le parrainage du CHC pour introniser des personnes à titre posthume au Temple de la renommée a commencé en 2014, et l’année suivante, le CHC a aussi commencé à parrainer les intronisés actuels.


2023

Micheline Mongrain-Dontigny (Québec)
Photo: Micheline Mongrain-Dontigny

Micheline Mongrain-Dontigny a publié 14 livres de cuisine sur la cuisine québécoise contemporaine et traditionnelle. En tant que chef, elle a donné des cours de cuisine, travaillé dans des restaurants, écrit pour des magazines, donné des conférences sur l’histoire culinaire québécoise. Elle a été membre du jury du Grand Prix canadien des produits nouveaux et de l’événement précurseur de Taste Canada, Cuisine Canada, pour lequel elle a présidé le comité des livres de cuisine de langue française. Son premier livre de cuisine est La Cuisine Renouvelée (1988). Son dernier livre en date est Les Grands Classiques de la Cuisine d’Ici (2016). Ses livres de cuisine célèbrent les recettes traditionnelles et contemporaines telles qu’elles sont préparées au Québec aujourd’hui dans les cuisines domestiques et professionnelles. Nous reconnaissons l’œuvre de sa vie dans la littérature culinaire.

MichelineMongrain-Dontigny has published 14 cookbooks on contemporary and historical Quebecois cuisine. As a chef, she taught cooking classes, worked in restaurants, wrote for magazines, lectured on Quebec culinary history. She was a jury member for the Canadian Grand Prix New Product Awards and Taste Canada’s predecessor Cuisine Canada, for which she chaired the French-language cookbook committee. Her earliest cookbook was La Cuisine Renouvelée (1988). Her latest is Les Grands Classiques de la Cuisine d’Ici (2016). Her cookbooks celebrate traditional and contemporary recipes as prepared in Quebec today in both home and professional kitchens.

 

Posthumous Inductee Savella Stechishin (1903–2002, Ssakatchewan)
Photo: Zenia Stechishin

Stechisgi was inducted for Traditional Ukrainian Cookery (1957), still internationally acknowledged as the definitive English-language guide for Ukrainian cooking. It endures as a reference for Ukrainians while sharing their cuisine with cooks of other heritages. In 1913 at age nine, Stechishin immigrated to Saskatchewan. She married at 17 and bore three children, then earned a Home Economics degree. She became a cooking teacher, university lecturer and journalist. Stechishin received multiple honours for community advocacy, journalism, education, and establishing Ukrainian Canadian organizations. Her Order of Canada recognized her dominant role as a teacher and writer who preserved and shared the treasures of Ukrainian Canadian cuisine and folk arts.

Savella Stechishin (1903–2002) est intronisée pour son livre Traditional Ukrainian Cookery (1957) sur la cuisine ukrainienne traditionnelle, toujours reconnu internationalement comme le guide définitif en langue anglaise de la cuisine ukrainienne. Il demeure une référence pour les Ukrainiens tout en permettant le partage de leur cuisine avec des cuisiniers d’autres origines. En 1913, à l’âge de neuf ans, Stechishin a immigré en Saskatchewan. Elle s’est mariée à 17 ans et a eu trois enfants, puis a obtenu un diplôme en économie domestique. Elle est devenue professeur de cuisine, professeur d’université et journaliste. Stechishin a reçu de nombreuses distinctions pour ses activités de plaidoyer communautaire, son travail de journalisme, d’éducatrice et la création d’organisations canado-ukrainiennes. Son Ordre du Canada a reconnu son rôle dominant en tant qu’enseignante et écrivaine qui a préservé et partagé les trésors de la cuisine et des arts populaires ukrainiens-canadiens.


2022

Bonnie Stern (Ontario)
Photo: book/livre, Friday Night Dinners, 2019

Bonnie Stern needs no introduction to Canadians. Chances are you cook out of at least one of her 12 cookbooks. Her first was 1987’s Bonnie Stern’s Cook Book, and her twelfth was Friday Night Dinners, which highlights her Jewish heritage. In between were her four famous and best-selling Heart Smart cookbooks and Bonnie Stern’s Essentials of Home Cooking, winner of an International Association of Culinary Professionals award in 2004. In 1971, Bonnie was an early graduate from the George Brown College chef school. She soon launched her career by opening a cooking school, which operated for 37 years, but she also wrote a national newspaper column and hosted three national television cooking shows. In a 2016 TEDx talk, she summarized her life of communicating flavourful everyday cooking by introducing herself as “a home cooking warrior.”

Bonnie Stern n’a pas besoin d’être présentée aux Canadiens. Il y a de fortes chances que vous cuisiniez à partir d’au moins un de ses douze livres de cuisine. Son premier Bonnie Stern’s Cook Book a été publié en 1987 et son douzième est Friday Night Dinners qui met en valeur son héritage juif. Entre les deux se trouvent ses quatre livres de cuisine célèbres et les plus vendus dont Heart Smart et Bonnie Stern’s Essentials of Home Cooking, lauréat d’un prix de International Association of Culinary Professionals en 2004. En 1971, Bonnie était une des premières diplômées de l’école de chefs du George Brown College. Elle a rapidement lancé sa carrière en ouvrant une école de cuisine qui a été en opération pendant 37 ans. Elle a également écrit une chronique dans un journal national et animé trois émissions de cuisine à la télévision nationale. Dans une conférence TEDx en 2016, elle a résumé sa vie de communication en cuisine quotidienne savoureuse en se présentant comme « une guerrière de la cuisine maison ».

Posthumous Inductee Noorbanu Nimji (1934–2020, Alberta)
Photo: Jeremy Fokkens

Noorbanu Nimji was born in Kenya in 1934 into an educated, entrepreneurial Ismaili Muslim family originally from Gujarat, India. When she married at 19 she couldn’t cook yet, but she quickly demonstrated talent. In 1974 the Nimji family settled in Calgary. Noorbanu’s unintentional cooking career began while teaching Ismaili recipes to homesick students. Her four cookbooks, collectively entitled A Spicy Touch, have been called “community connectors.” Volume one was published in 1986, followed by the others in 1992, 2007 and 2015. The last was subtitled Family Favourites from Noorbanu’s Kitchen, and was cowritten with Karen Anderson. Over 250,000 A Spicy Touch books have been sold. Noorbanu’s cooking embraced her North Indian ancestral roots, her East African upbringing and its British colonial influence, and her life in urban Alberta. Noorbanu died in 2020, but her self-published Canadian cookbooks have preserved the oral culinary culture of the dispersed Gujarati-Kenyan Ismaili people in Canada and beyond. The Nimji family writes: “Everything our Mother did was out of love for helping others. She was very humble and would have been completely surprised and delighted by this recognition. We are very grateful to Taste Canada and the Culinary Historians of Canada for sharing her legacy of absolutely dependable and delicious Indian recipes with people who might not have otherwise known about A Spicy Touch.”

Noorbanu Nimji est née au Kenya en 1934 dans une famille musulmane ismaili éduquée et entrepreneuriale, originaire du Gujarat en Inde. Quand elle s’est mariée à 19 ans, elle ne savait pas encore cuisiner, mais elle a rapidement démontré qu’elle avait du talent. En 1974, la famille Nimji s’installe à Calgary. La carrière de cuisine involontaire de Noorbanu a commencé alors qu’elle enseignait des recettes ismaïliennes à des étudiants qui avaient le mal du pays. Ses quatre livres de cuisine, intitulés collectivement A Spicy Touch, ont été qualifiés de « connecteurs communautaires ». Le premier volume a été publié en 1986, suivi des autres en 1992, 2007 et 2015. Le dernier était sous-titré Family Favorites from Noorbanu’s Kitchen et coécrit avec Karen Anderson. Plus de 250 000 livres de A Spicy Touch ont été vendus. La cuisine de Noorbanu embrassait ses racines ancestrales indiennes du Nord, son éducation est-africaine, son influence coloniale britannique, ainsi que sa vie dans les villes de l’Alberta. Noorbanu est décédée en 2020, mais ses livres de cuisine canadiens publiés à compte d’auteur ont préservé la culture culinaire orale du peuple ismaïlien gujarati-kenyan dispersé au travers du Canada et au-delà.


2020

Stephen Yan (British Columbia)
Photo: book/livre, Chinese Recipes (1981)

Stephen Yan was an ambassador of Chinese cooking. He was the first Chinese-Canadian chef to host a cooking show, CBC’s wildly popular “Wok with Yan” (1978 to 1995). From Hong Kong, Yan emigrated to Vancouver in 1967 at age 19, where he eventually opened restaurants and self-published many cookbooks. His syndicated show and cookbooks encouraged home cooks to experiment with Asian ingredients, techniques and equipment, especially the cleaver and the wok, his speciality. People young and old fondly remember the show and books. His delicious stir-fry recipes were simple, colourful and quick. Stephen Yan’s world-wide fans loved the puns emblazoned on his aprons: “Don’t wok the boat” and “Wokkey Night in Canada” are but two.

Stephen Yan était un ambassadeur de la cuisine chinoise. Il a été le premier chef sino-canadien à animer une émission de cuisine, la très populaire Wok with Yan de CBC (1978 à 1995). De Hong Kong, Yan a émigré à Vancouver en 1967 à l’âge de dix-neuf ans, où il a finalement ouvert des restaurants et publié de nombreux livres de cuisine à compte d’auteur. Son émission syndiquée et ses livres de cuisine encourageaient les cuisiniers à expérimenter avec des ingrédients, des techniques et des ustensiles asiatiques, en particulier avec le couperet et le wok, sa spécialité. Les jeunes et les moins jeunes gardent un précieux souvenir de ses spectacles et de ses livres. Ses délicieuses recettes de mets sautés étaient simples, colorées et rapides. Les fans de Stephen Yan du monde entier ont adoré les jeux de mots arborant de ses tabliers : dont ces deux parmi tant d’autres « Don’t wok the boat » et « Wokkey Night in Canada »

Posthumous Inductee Norene Gilletz (1940–2020, Québec)

Photo: Courtesy of Gilletz Family

“Canada’s queen of kosher cuisine,” Norene Gilletz, died in February 2020, age 79, still writing and blogging about Canadian food. Her first cookbook, Second Helpings, Please!, (1968), reprinted 17 times, is now subtitled The Iconic Jewish Cookbook. Her final cookbook, The Brain Boosting Diet, appeared last December. She wrote 10 others, plus many food columns and blog posts for the Canadian Jewish News. Her Facebook group boasted over 10,000 members, who happily called themselves “Noreners.” Gilletz was famous for her humour, culinary knowledge, and generous mentorship of food writers, teachers, and fundraisers. Her recipes are delicious and reliable; thousands still make her Sweet and Sour Meatballs and Carrot Cake. Gilletz’s books united communities as varied as Jewish women’s groups, food processor owners and thyroid cancer sufferers.

« La reine canadienne de la cuisine casher », Norene Gilletz, est décédée en écrivant et en bloguant sur la cuisine canadienne. Son premier livre de cuisine, Second Helpings, Please! (1968), réimprimé dix-sept fois, est désormais sous-titré The Iconic Jewish Cookbook. Son dernier livre de recettes, The Brain Boosting Diet, est paru en décembre 2020. Elle en a écrit dix autres, ainsi que de nombreuses chroniques culinaires et articles de blogue pour le Canadian Jewish News. Son groupe Facebook comptait plus de 10 000 membres, qui s’appelaient joyeusement les “Noreners”. Gilletz était célèbre pour son humour, ses connaissances culinaires et son mentorat généreux auprès d’auteurs culinaires, d’enseignants et de collecteurs de fonds. Ses recettes étaient délicieuses et fiables; des milliers de personnes préparent encore des Boulettes de viande aigre-douce et son Gâteau aux carottes. Les livres de Gilletz ont uni des communautés aussi variées que des groupes de femmes juives, des propriétaires de robots culinaires et des personnes atteintes d’un cancer de la thyroïde.


2019

Jessie Read (1905–1940, Québec)

Photo Credit: Author photo from Three Meals a Day, 1934

Jessie Read was a home economist who wrote a column called “Three Meals a Day” for the Evening Telegram. These recipes were subsequently published as a series of books with the same title in 1934, 1935 and 1938. Read trained in dietetics and then worked for the Consumer’s Gas Company in Toronto. She became known for her cooking demos, weekly broadcast for the Radio Cooking School, and starring role in Canada’s first cooking school talking picture, Kitchen Talks. Intended for the average or aspiring home cook, Three Meals a Day was enormously successful. Read’s life was a mere three-and-a-half decades, but her influence was briefly bright. Read’s family has created a website to honour her memory.

Jessie Read était une économiste ménagère qui a écrit une chronique intitulée « Three meals a day » pour le Evening Telegram. Ces recettes ont ensuite été publiées sous la forme d’une série de livres portant le même titre en 1934, 1935 et 1938. Read a suivi une formation en diététique, puis a travaillé pour la Consumer’s Gas Company à Toronto. Elle est devenue connue pour ses démonstrations de cuisine, ses émissions hebdomadaires pour la Radio Cooking School et son rôle principal comme première personne ayant une voix parlante à une école de cuisine au Canada, Kitchen Talks. Destinée au cuisinier ou en apprentissage, Three Meals a Day a été un énorme succès. Sa vie n’a duré que trois décennies et demie, mais son influence a été brièvement brillante.

Naomi Duguid (Ontario)

Photo Credit: Larry D. Moore

Naomi Duguid is a prolific cookbook writer, culinary journalist, photographer, teacher and world traveller. Her eight cookbooks have won multiple awards from the IACP, James Beard Foundation and Taste Canada. Her first six titles were co-authored with former husband Jeffrey Alford between 1995 and 2008. Her two solo cookbooks are Burma: Rivers of Flavor (2012) and Taste of Persia (2016). A renowned storyteller and celebrated photographer, Duguid has travelled extensively through Southeast Asia and Persia with local people. Her exemplary body of work shares these culinary experiences through gorgeous images, an anthropological perspective and uncomplicated recipes that encourage creative cooking at home.

Naomi Duguid est une auteure prolifique de livres de cuisine, journaliste culinaire, photographe, enseignante et voyageuse du monde. Ses huit livres de cuisine ont remporté plusieurs prix de l’IACP, de la James Beard Foundation et de Taste Canada. Ses six premiers titres parus entre 1995 et 2008 ont été coécrits avec son ex-époux Jeffrey Alford. Ses deux livres de cuisine en solo sont Burma: Rivers of Flavor (2012) et Taste of Persia (2016). Narratrice renommée et photographe célèbre, Duguid a beaucoup voyagé à travers l’Asie du Sud-est et la Perse avec la population locale. L’ensemble de son œuvre partage ses expériences culinaires à travers des images magnifiques, une perspective anthropologique et des recettes simples qui encouragent une cuisine créative à la maison.


2018

Graham Kerr, “The Galloping Gourmet”, (Ontario)

Photo credit: Tessa Kerr, licensed under the Creative Commons Attribution-Share Alike 4.0 International license.

Graham Kerr’s “The Galloping Gourmet” was North America’s most popular 1970s TV cooking show. The show’s irreverent and glamorous host Graham Kerr, who was born in 1934, paired food, wine and travel, and pioneered an in-studio audience. Kerr grew up in English hotel kitchens, and later joined the New Zealand Air Force. Surprisingly, he found himself demonstrating cooking on television. The success of his 1967 New Zealand cookbook led the Canadian Broadcasting Corporation to invite him to produce a cooking show in Ottawa from 1969 to 1971 (“Le Gourmet Farfelu” in Quebec) and seven volumes of Graham Kerr’s Television Cookbooks with psychedelic pop-inspired covers.

The Galloping Gourmet était l’émission de cuisine télévisée la plus populaire des années 1970 en Amérique du Nord. Graham Kerr, l’animateur irrévérencieux et glamour de l’émission, a associé la nourriture, le vin et les voyages, et a été le pionnier d’un public en studio. Kerr a grandi dans les cuisines d’hôtels anglais, puis a rejoint l’armée de l’air néo-zélandaise. À sa grande surprise, il s’est retrouvé à faire une démonstration de cuisine à la télévision. Le succès de son livre de cuisine néo-zélandais publié en 1967 a conduit la Société Radio-Canada à l’inviter, ainsi que sa femme et associée, Treena Kerr, à produire une émission de cuisine à Ottawa de 1969 à 1971 (Le Gourmet Farfelu au Québec). Pour l’émission télévisée, Graham a écrit une série de sept livres intitulée Graham Kerr’s Television Cookbooks, avec des couvertures inspirées de la pop psychédélique et publiée en Ontario. Les recettes ont démontré son amour pour les textures et les saveurs riches. Au cours des décennies suivantes et alors qu’il vivait ailleurs, Graham a produit de nombreux autres livres de cuisine et émissions de cuisine, qui ont tous atténué sa réputation d’excès nutritionnel. Tout au long de sa longue carrière internationale, Graham Kerr n’a jamais perdu son énergie et sa joie de vivre, comme on peut le voir encore aujourd’hui dans ses apparitions publiques, mais c’est The Galloping Gourmet qui perdure dans notre mémoire collective canadienne.

Posthumous Inductee Constance Hart (1826–1898, Québec)

Photo Credit: Public Domain, Canadian Institute for Historical Reproduction 91705, 1993

Constance Hart was the first Jewish person in Canada to write a cookbook. Her Household Recipes was published in 1865 by “a Montreal lady” born into a prominent Jewish family who were early advocates for Jewish civil rights in Quebec. It is one of only two cookbooks that were not reliant on foreign texts prior to the first Canadian community cookbook of 1877. Hart’s simple and straightforward recipes “combine[d] the greatest novelties in the art of cooking with those approved Recipes, which have generally entered into ordinary use,” as her preface claimed.

Constance Hart a été la première personne juive au Canada à écrire un livre de cuisine. Household Recipes a été publié en 1865 par « une dame de Montréal » née dans une famille juive éminente qui fut parmi les premiers défenseurs des droits civils des Juifs au Québec. C’est l’un des deux seuls livres de cuisine qui n’étaient pas reliés à de textes d’autres pays avant le premier livre de cuisine communautaire canadien de 1877. Les recettes simples et directes de Hart « combinent les plus grandes nouveautés dans l’art culinaire avec des recettes approuvées, qui ont généralement entré dans l”ordinaire », comme le prétend sa préface.


2017

Beulah M. (Bunny) Barss (Alberta)

Photo Credit: Courtesy  of Bunny Barss

Bunny Barss is a Calgary-based food history writer and cookbook author whose nine books preserve and celebrate the rich heritage of ranching and pioneer experiences in the Canadian West. Her lively scholarship—rich with anecdotes, interviews with surviving settlers, archival photographs—garnered her an enthusiastic readership among prairie home cooks, making her a best-selling author.

Bunny Barss est une écrivaine d’histoire alimentaire et auteure de livres de cuisine basé à Calgary dont l’ensemble de l’œuvre préserve et célèbre le riche héritage des ranchs et des expériences pionnières dans l’Ouest canadien. Entre 1978 et 2004, Barss a écrit neuf livres sur les habitudes alimentaires et les recettes des émigrants du 19e et du début du 20e siècle des provinces de l’ouest dont le Manitoba, la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie-Britannique. L’érudition méticuleuse de Barss, ses écrits riches et animés en anecdotes mémorables tirées de documents d’archives et d’entrevues avec des colons survivants et leurs descendants, ses recettes testées professionnellement, ses illustrations attrayantes et ses photographies d’archives lui ont valu un lectorat enthousiaste parmi les cuisiniers et les personnes fiers de l’Ouest Canadien, faisant d’elle une auteure de best-sellers. Son travail est fréquemment cité par d’autres historiens de l’alimentation canadiens et est d’un grand intérêt auprès des musées et des écoles. Barss est surtout connue pour The Pioneer Cook, a Historical View of Canadian Prairie Food (1980), sa série Come’n Get It (1978–1996) traitant de la vie et la nourriture des premiers ranchs, et Oh Canada! A Celebration of Great Canadian Cooking (1987).

Posthumous Inductee Edna Staebler (1906–2006, Ontario)

Photo Credit: Author photo from Food That Really Schmecks, 1968

Edna Staebler was an award-winning literary journalist and author of 21 books. These included the Schmecks series of cookbooks: Food That Really Schmecks (1968), More Food That Really Schmecks (1979) and Schmecks Appeal (1987). Her cookbooks are full of wonderful descriptions, colourful anecdotes and flavourful dialect, as we peek into the cooking pots of her friends and family. Staebler was also among the very first cookbook authors to celebrate regional cooking and, as a result, was primarily responsible for bringing the Waterloo region, with its good food and drink, to the attention of the rest of Canada.

Edna Staebler était une journaliste littéraire primée et auteur de vingt et un livres. Ceux-ci comprenaient la série de livres de cuisine Schmecks: Food That Really Schmecks (1968), More Food That Really Schmecks (1979) et Schmecks Appeal (1987). Ses livres de cuisine étaient remplies de descriptions merveilleuses, d’anecdotes colorées et de dialectes savoureux, alors que nous jetons un coup d’œil dans les marmites de ses amis et de sa famille. Edna a également été parmi les tout premiers auteurs culinaires à célébrer la cuisine régionale et, par conséquent, a été principalement responsable d’attirer l’attention du reste du Canada sur la région de Waterloo avec sa bonne nourriture et ses bonnes boissons. Elle a également donné une image si compatissante des Mennonites de l’Ancien Ordre qu’ils ont non seulement mieux été compris non dans la communauté, mais aussi dans le reste du pays. C’est l’organisation de la cuisine, les descriptions des personnes, leurs témoignages et leurs actions qui font plus de Food that Really Schmecks, une collection de courtes histoires basées sur l’aventure d’Edna dans la cuisine des Mennonites, qu’un livre de cuisine.


2016

Julian Armstrong (Québec)

Photo Credit: Courtesy of Julian Armstrong

For over 50 years, Julian Armstrong has tirelessly explored the cuisine of her adopted province, Quebec. For the Montreal Gazette and the Montreal Star, she travelled into every region to record its recipes and food stories. Her two cookbooks—A Taste of Quebec (1990, updated 2001) and Made in Quebec: A Culinary Journey (2014)—explain and celebrate her province’s cuisine to Canada and the rest of the world. An award-winning food journalist, she mentored many other food writers. Armstrong is a true Quebec and Canadian food ambassador.

Au cours de ses cinquante ans de carrière, Armstrong a exploré sans relâche les cuisines régionales de sa province d’adoption, le Québec. En tant que journaliste culinaire et rédactrice pour The Montreal Gazette et The Montreal Star, elle a voyagé dans toutes les régions pour enregistrer ses recettes et ses histoires culinaires. Elle a écrit deux importants livres de cuisine, A Taste of Quebec, publié pour la première fois en 1990 et mis à jour en 2001, et en 2014 le primé livre Made in Quebec: A Culinary Journey, le point culminant du travail de sa vie à réaliser des entrevues et recueillir des recettes de toutes les régions du Québec. De plus, elle a reconnu les nombreux autres groupes culturels de la province, tant des Iroquois aux Italiens, qu’aux Caribéens et aux Sud-Américains. Non seulement elle est l’une des meilleures journalistes culinaires au Canada mais elle a aussi été un mentor pour de nombreux autres auteurs culinaires. Son style distinctif et sa voix sont appréciés tant par les ménagères canadiennes que les chefs canadiens, et respectés par ses collègues journalistes gastronomiques. Julian Armstrong est une véritable ambassadrice alimentaire du Québec et du Canada. En cours de route, elle a remporté de nombreux prix et distinctions. Son intronisation au Temple de la Renommée de Les Saveurs du Canada/Taste Canada est sa récente distinction !

Posthumous Inductee James Barber (1923–2007, British Columbia)

James Barber was a Vancouver engineer who started food writing in his late forties. The first of his twelve cookbooks was Ginger Tea Makes Friends (1971), which encouraged kitchen confidence with simple techniques and fresh, easy-to-find British Columbian ingredients. He became best known as “The Urban Peasant,” the name of his 1991–2002 CBC cooking show, which demonstrated unpretentious, flavourful dishes. A witty and genial cookbook writer and television personality, Barber strove to demystify recipes so that anyone could produce tasty meals from local ingredients—an approach that presaged the 100-mile diet.

James Barber était un ingénieur de Vancouver qui a commencé à écrire sur l’alimentation à la fin de la quarantaine. Le premier de ses douze livres de cuisine Ginger Tea Makes Friends en 1971, donnait confiance en cuisine avec des techniques simples et des ingrédients frais de la Colombie-Britannique faciles à se procurer. Il est devenu plus connu sous le nom de « The Urban Peasant », le nom de son émission de cuisine de 1991 à 2002 à la CBC, qui présentait des plats savoureux sans prétention. Auteur culinaire spirituel et génial et personnalité de la télévision, Barber s’est efforcé de démystifier les recettes afin que n’importe qui puisse produire des repas savoureux avec des ingrédients locaux – une approche qui présageait le régime locavore de 100 milles.


2015

Rose Murray (Ontario)

Photo Credit: Stan Switalski

From writing to teaching, to television and radio appearances across Canada, over a long career, Rose Murray has shaped our perspective of Canadian cuisine. She has authored more than ten books, including two Taste Canada Gold Award winners: Canada’s Favourite Recipes (with Elizabeth Baird, 2012), Hungry for Comfort (2003) and A Taste of Canada (Honourable Mention, 2008). Her first work, The Christmas Cookbook (1979), remains a treasured resource, and she has contributed to many books by others, including various Canadian Living cookbooks. Her knowledge and love for her region and Canada is also documented in national magazines and newspapers, from Canadian LivingElm Street and Harrowsmith to The Globe and Mail and the Toronto Star. Her many recipes for Foodland Ontario deserve recognition, although they were never credited by the client.

De l’écriture à l’enseignement, en passant par les apparitions à la télévision et à la radio à travers le Canada, au cours d’une longue carrière, Rose Murray a façonné notre vision de la cuisine canadienne. Elle est l’auteur de plus de dix livres, dont deux lauréats Or de Taste Canada pour Canada’s Favorite Recipes (avec Elizabeth Baird, 2012) et Hungry for Comfort (2003). Ella a obtenu une mention honorable en 2008 pour son livre Taste of Canada. Son premier ouvrage, The Christmas Cookbook (1979) demeure une ressource précieuse et, elle a contribué à de nombreux autres livres de cuisine dont des livres de Canadian Living. Sa connaissance et son amour pour sa région et le Canada sont également documentés dans des magazines et des journaux nationaux tel que Canadian Living, Elm Street, Harrowsmith, le Globe and Mail et Toronto Star. Ses nombreuses recettes pour Ontario Foodland méritent d’être reconnues, bien qu’elles n’aient jamais été créditées par le gouvernement.

Posthumous Inductee Nellie Lyle Pattinson (1879–1953, Ontario)

Photo Credit: 1943 yearbook of Central Technical School, Toronto

Nellie Lyle Pattinson wrote The Canadian Cook Book (Ryerson, 1923), which was reprinted 20 times up to 1949, always in a plain blue binding. Produced to meet the need for a recipe book for girls learning domestic science in the new technical schools, the blue cookbook quickly became the textbook in schools nationwide and also a favourite bride’s gift, despite its modest appearance.

Nellie Lyle Pattinson a écrit Le Canadian Cook Book, publié par Ryerson Press en 1923 et réimprimé vingt fois jusqu’en 1949, toujours dans une reliure bleue unie. Produit pour répondre au besoin d’un livre de recettes pour les filles apprenant les sciences domestiques dans les nouvelles écoles techniques, le livre de cuisine bleu est rapidement devenu le manuel scolaire dans tout le pays et aussi le cadeau préféré de la mariée, malgré son apparence modeste.

Posthumous Inductee Helen Wattie (1911–2009, Ontario) &
Elinor Donaldson Whyte (1926–, Ontario)

 

Photo Credits: Courtesy of Wattie Family and Whyte Family

These two young teachers at the Ryerson Institute of Technology (now Ryerson University) in Toronto, updated Nellie Lyle Pattinson’s text to reflect Canada’s prosperity and changing food habits after World War II. Their innovative 1953 edition, called Nellie Lyle Pattinson’s Canadian Cook Book, included—for the first time in Canada—a chapter of “Regional Dishes” that incorporated culinary history, immigration patterns and distinctive recipes. Their Pizza (Ontario section) may be the first printed recipe for pizza in a Canadian book. Wattie and Donaldson produced several updated editions to reflect an evolving society; and by 1969, they had integrated the regional recipes into the main text, recognizing they were now part of “our heritage of food.”

Helen Wattie (1911–2009) [à gauche] et Elinor Donaldson Whyte (1926–) [à droite] étaient deux jeunes enseignantes du Ryerson Institute of Technology (maintenant Toronto Metropolitan University) ont mis à jour le texte de Pattinson pour refléter la prospérité du Canada et l’évolution des habitudes alimentaires après la Seconde Guerre mondiale. Leur édition novatrice de 1953, intitulée Nellie Lyle Pattinson’s Canadian Cook Book, comprenait – pour la première fois au Canada – un chapitre sur les « Plats régionaux » qui incluait l’histoire culinaire, les modèles d’immigration et des recettes distinctives. Leur recette Pizza (section ontarienne) est peut-être la première recette de pizza publiée dans un livre canadien. Wattie et Donaldson ont produit plusieurs éditions mises à jour pour refléter une société en évolution; et en 1969, ils avaient intégré les recettes régionales dans le texte principal, reconnaissant qu’elles faisaient désormais partie de “notre patrimoine alimentaire”.


2014

Michel Lambert (Québec)

Michel Lambert est né au Saguenay. Il a enseigné pendant plus de 30 ans et il a été chef-propriétaire de l’auberge La Maison de la rivière à La Baie. Mais l’une des grandes réalisations de Michel Lambert est la série de volumes « Histoire de la cuisine familiale au Québec ». Le premier volume est publié en 2006. Il raconte les origines autochtones et européennes de notre cuisine, de la préhistoire au milieu du XIXe siècle. Le second volume raconte la cuisine de la mer. Le troisième volume est consacré à l’histoire de notre cuisine forestière pratiquée dans les régions des Laurentides et des Appalaches. Le 4e volume porte sur la cuisine de la ferme traditionnelle avec ses cultures dans les champs, le jardin et le verger de même que ses élevages d’animaux domestiques. Le dernier volume (2013) porte sur la cuisine traditionnelle faite avec les produits importés de même que la nouvelle cuisine québécoise inspirée par toutes les cuisines du monde. Un œuvre colossale: « Histoire de la cuisine familiale du Québec ».

Michel Lambert was born in Saguenay. He taught for more than 30 years and was also chef owner of the inn La Maison de la Rivière in La Baie. But Lambert’s seminal accomplishment is his colossal multi-volume tome L’histoire de la cuisine familiale du Québec. The first volume was published in March 2006 and outlines the native and European origins of the Quebec kitchen from prehistoric times to the middle of 19th century. The second volume (November 2006) focuses on the maritime kitchen. The third (March 2009) is dedicated to the history of Quebec’s forest kitchen, centred in the Laurentian and Appalachian Mountains, while the fourth (2011) delves into the kitchen of the traditional farm, its fields, gardens, orchards and breeding animals. The last volume (2013) looks at how world cuisine and imported products have influenced the Quebec kitchen.

Posthumous Inductee Mona Brun (1920–2013, British Columbia)

Photo Credit: Courtesy of the Brun Family

British Columbia–born Mona Brun (née Lee) will be forever associated with the Golden Era of the famous Woodward’s Food Floors in Vancouver. Warm-hearted and witty, Brun was a stay-at-home mother until 1960, when she entered the workforce and quickly established a culinary career extraordinaire. From food demos for Star Weekly and Dairyland, she soon moved to CBC Radio’s “Food Facts” and then CBC TV’s “Cuisine 30” show. By 1963, she was starring on “Woodward’s Culinary Capers” television show. For the next three decades, she brought her good cooking to families across western Canada on this show and on her own “Creative Home Cooking” and other TV broadcasts. At Woodward’s Bea Wright Kitchen in the downtown Vancouver store, she ran recipe contests and offered advice. In 1977, Cooking with Mona appeared, an immediate bestseller that captured the essence of B.C. family cooking in that period.

Née en Colombie-Britannique, Mona Brun (née Lee) sera à jamais associée à l’âge d’or du célèbre Woodward’s Food Floors à Vancouver. Chaleureuse et pleine d’esprit, Mona était une mère au foyer jusqu’en 1960 lorsqu’elle est entrée sur le marché du travail et a rapidement établi une carrière culinaire extraordinaire. De démonstrations culinaires pour le Star Weekly et Dairyland, elle est rapidement passée à Food Facts de CBC Radio, puis au Cuisine 30 Show de CBC TV. En 1963, elle était une vedette de l’émission télévisée Woodward’s Culinary Capers. Au cours des trois décennies suivantes, elle y a apporté sa bonne cuisine aux familles de l’Ouest canadien ainsi qu’à sa propre émission Creative Home Cooking et d’autres émissions de télévision. Chez Woodward’s Bea Wright Kitchen au magasin du centre-ville de Vancouver, elle a organisé des concours de recettes et offert des conseils. En 1977, son livre Cooking with Mona est un best-seller immédiat qui a capturé l’essence de la cuisine familiale de la Colombie-Britannique.


2013

Elizabeth Baird (Ontario)

Photo Credit: Courtesy of Elizabeth Baird

Elizabeth Baird’s distinguished career in food began with an invitation from publisher James Lorimer to write a book about Canadian cooking. Classic Canadian Cooking, published in 1974 and reprinted in 1995, was her entrée into food writing. She went on to work at various newspapers, but it was her work as food editor of Canadian Living magazine for 20 years that truly made her a household name. Along with magazines, there were other opportunities in radio and television, especially “Canadian Living Cooks” on the Food Network. And then there were cookbooks, over 30 of them in all, most notably The Complete Canadian Living Cookbook. Baird is the recipient of numerous awards and honours, including the Founder’s Award from Cuisine Canada, a National Magazine Award, a Silver Ladle from the Toronto Culinary Guild, and Woman of the Year from the Women’s Culinary Network. She was invested as a Member of the Order of Canada in May 2014.

La brillante carrière d’Elizabeth Baird dans le domaine de l’alimentation a commencé par une invitation de l’éditeur James Lorimer à écrire un livre sur la cuisine canadienne. Classic Canadian Cooking, publié en 1974, est son entrée dans l’écriture culinaire. Elle a ensuite travaillé pour divers journaux, mais c’est son travail en tant que rédactrice en chef du magazine Canadian Living pendant 20 ans qui l’a vraiment fait connaître du grand public. En plus des magazines, il y avait d’autres opportunités à la radio et à la télévision, en particulier avec Canadian Living Cooks à Food Network. Et puis il y a eu plusieurs livres de cuisine, plus de 30 en tout, notamment le livre The Complete Canadian Living Cookbook. Baird est récipiendaire de nombreux prix et distinctions, dont le prix du Fondateur de Cuisine Canada, un prix du National Magazine Award, le Silver Ladle de la Toronto Culinary Guild et la Femme de l’année du Women’s Culinary Network. Elle est membre de l’Ordre du Canada.

Posthumous Inductee Mère Emélie Caron (1808–1888, Québec)

Photo Credit: c1855, from Institute of Providence, vol 3, Montreal: Providence Mother House 1930.

Mère Emélie Caron est un exemple éminent des nombreuses femmes des ordres religieux du XIXe siècle qui se sont consacrées à nourrir les pauvres avec des aliments nutritifs et savoureux. Elle était la deuxième Mère Supérieure des Sœurs de la Providence, et son nom est le seul officiellement attaché au livre Directions diverses, un livre de cuisine qui a été préparé à l’origine pour être utilisé à la Maison mère des sœurs et qui est devenu par la suite une référence en cuisine dans de nombreux établissements catholiques du Québec. Publié pour la première fois en 1878, Directions diverses a été réédité à 8 reprises jusqu’en 1913. Ses recettes reflètent les goûts culinaires de l’époque, avec l’inclusion de mets anglais, américains, français et traditionnels du Québec.

Mère Emélie Caron is a prominent example of the many 19th-century women in religious orders who devoted themselves to feeding the poor with nutritious and tasty foods. She was the second Mother Superior of the Sisters of Providence, and hers is the only name officially attached to Directions diverses, a cookbook that was originally prepared for use at the sisters’ Mother House and subsequently became a standard kitchen reference at many of Québec’s Catholic institutions. First published in 1878, Directions diverses prompted eight editions up to 1913. Its recipes reflect the culinary tastes of the time, with the inclusion of English and American as well as French and traditional Québecois foods.

Posthumous Inductee Helen Gougeon (1924–2000, Quebec)

Ottawa-born Helen Gougeon was a cookbook author, food journalist, and radio and television personality who was best known as an early advocate of ethnic cuisine in Canada and an enthusiastic promoter of regional Canadian cooking. Gougeon’s pioneering Cooking…with an Accent (1946) fostered Canadian interest in ethnic recipes long before the multicultural movement made this fashionable. She made Canadian regional cuisine accessible on a national scale by publishing in her newspaper columns recipes that had previously been known mostly through community cookbooks. Gougeon’s columns on cooking appeared in Canadian Living, the Montreal Gazette, the Montreal Standard, the Ottawa Journal and Weekend Magazine. Her broadcasting credits included the CBC television series “Bon Appetit.”

Helen Gougeon, née à Ottawa, était une auteure culinaire, une journaliste gastronomique et une personnalité de la radio et de la télévision. Elle était connue pour être une des premières à mettre de l’avant la cuisine ethnique et une promotrice enthousiaste de la cuisine canadienne régionale. Son œuvre pionnière, Cooking with an Accent (1946), a suscité l’intérêt des Canadiens pour les recettes ethniques bien avant que le mouvement multiculturel ne les rendent à la mode. En publiant des recettes auparavant connues par des livres de cuisine communautaire dans ses chroniques journalistiques, elle a rendu la cuisine régionale canadienne accessible à l’échelle nationale. Les chroniques culinaires de madame Gougeon ont paru dans Canadian Living, le Montreal Gazette, le Montreal Standard, le Ottawa Journal et le Weekend Magazine. Ses crédits de diffusion comprenaient aussi la série télévisée Bon Appétit de CBC.


2012

Anita Stewart (1947-2020, Ontario)

Photo Credit: Sarah Hood for CHC

Anita Stewart has spoken, written, lobbied and organized across Canada and internationally for over four decades on Canadian cuisine. Stewart has written 14 cookbooks, notably The Flavours of Canada: A Celebration of the Finest Regional Foods (2000) and Anita Stewart’s Canada: The Food, The Recipes, The Stories (2008). Academically, Stewart was the first Canadian to graduate with an M.A. in Gastronomy, was awarded a Doctor of Laws (Honouris Causa) by the University of Guelph in 2011, and holds an honorary P.Ag. designation. She has a lifetime membership in the Canadian Culinary Federation of Chefs and Cooks, and is the founder of both Cuisine Canada (Taste Canada’s predecessor) and Food Day Canada. Stewart was appointed as a member of the Order of Canada for her contributions as a journalist, author and culinary activist, and for her promotion of the food industry in Canada.

Anita Stewart a parlé, écrit, fait du lobbying et fait la promotion de la Cuisine Canadienne pendant plus de 4 décennies tant au Canada qu”internationalement. Stewart a écrit 14 livres de cuisine, notamment The Flavours of Canada: A Celebration of the Finest Regional Foods (2000) et Anita Stewart’s Canada: The Food, The Recipes, The Stories (2008). Sur le plan académique, Anita a été la première Canadienne à obtenir une maîtrise en gastronomie, elle a reçu un doctorat en droit (honoris causa) de l’Université de Guelph en 2011 et détient un P.Ag honoraire la désignation. Elle est membre à vie de la Fédération culinaire canadienne des chefs et cuisiniers et fondatrice de Cuisine Canada (le prédécesseur de Taste Canada) et de Food Day Canada. Stewart a été nommée membre de l’Ordre du Canada pour ses contributions en tant que journaliste, auteure et activiste culinaire, et pour sa promotion de l’industrie alimentaire au Canada.

Posthumous Inductee Catharine Parr Traill (1802–1899, Ontario)

Photo Credit: Traill Family Collection / Library and Archives Canada, C-067346

Catharine Parr Traill, who was a pioneer in the backwoods of Upper Canada, authored several important books, including The Female Emigrant’s Guide and Hints on Canadian Housekeeping (1854–1855), a Canadian classic. She is considered English Canada’s first genuine culinary voice. Drawing upon her own and her bush neighbours’ hard-won practical experience and the friendly advice of the local Anishinaabe, Traill captured on paper the most detailed and useful housekeeping and culinary information for immigrants moving on to bush farms, such as how to make hop yeast, bake-kettle bread, maple sugar, venison stew and wild rice pudding. The book straddled the shifts occurring in the Victorian-era kitchen, such as including both hearth and cookstove technologies, and both homemade risings and commercial baking powders for breads and cake recipes. The Guide continues to be an essential source of primary knowledge for historical cooks and for historians of food, women and society.

Catharine Parr Traill était une pionnière des régions nouvellement colonisés de l’Ontario, qui a écrit plusieurs livres importants, dont The Female Emigrant’s Guide and Hints on Canadian Housekeeping (1854/55), un classique canadien. Il est considéré comme la première véritable voix culinaire au Canada anglais. S’appuyant sur son expérience pratique durement acquise, sur celle de ses voisins de la brousse et sur les conseils amicaux des Anishinabek locaux, Traill a capturé sur papier les informations les plus détaillées et les plus utiles pour les tâches ménagères et la cuisine pour les immigrants qui déménageaient dans des fermes de la brousse. Celles-ci comprenaient la façon de faire de la levure de houblon, du pain cuit dans une marmite, du sucre d’érable, du ragoût de gibier et du pouding au riz sauvage. Le livre chevauchait les changements qui se produisaient dans la cuisine de l’époque victorienne, tels que l’inclusion des technologies de la cuisson dans l’âtre et sur une cuisinière de même que les deux types de levures, la levure maison et la levure à la poudre à pâte commerciale pour les recettes de pains et de gâteaux. Le Guide continue d’être une source essentielle de connaissances primaires pour les cuisiniers historiques et pour les historiens en alimentation, des femmes et la société.

Posthumous Inductee Jeanne Anctil (1875–1926, Québec)

Jeanne Anctil était professeure d’économie domestique, directrice des Écoles-Ménagères provinciales de Montréal et auteure de 350 Recettes de cuisine, publié en 1912 et réédité en 1915 et 1924. Sa préface sur la nécessité de cuisiner et de manger dans un contexte chrétien. Une notice nécrologique indiquait : ” Mademoiselle Anctil a su… montrer la véritable noblesse… de la vie domestique… et indiquer à de nombreuses jeunes filles des directions sensées. Toute la vie fut consacrée au service des siens.”

Jeanne Anctil was a teacher of household science, principal of the Ėcoles-Ménagères Provinciales in Montreal and the author of 350 Recettes de Cuisine, published in 1912, and reissued in 1915 and 1924. Her preface discussed the necessity of cooking and eating in a Christian context. An obituary stated: “Mademoiselle Anctil a su […] montrer la véritable noblesse […] de la vie domestique […] et indiquer à nombre de jeunes filles des directions sensées. Toute la vie fut consacrée au service au siens.” [Mademoiselle Anctil knew how to show the genuine dignity … of domestic life … and to explain sensible [household] management to schoolgirls. All her life was dedicated to the service of others.]

Posthumous Inductee Margo Oliver (1923–2010, Ontario)

Photo Credit: Charlie King for Margo Oliver’s Weekend Magazine Cook Book, The Montreal Standard, 1966

Margo Oliver was frequently referred to as “Canada’s Betty Crocker” (to her dismay) and was perhaps best known for her weekly recipes columns between 1959 and 1982 as food editor of Weekend Magazine and its successor, Today. She wrote several cookbooks for these magazines, as well as Margo Oliver’s Cookbook for Seniors (1989) and Margo Oliver’s Good Food for One (1990). In 1993, she was inducted into the Hall of Fame of the Ontario Home Economists in Business. Oliver’s career spanned a coast-to-coast prominence for over three decades.

Margo Oliver était souvent surnommée la « Betty Crocker » du Canada (à sa grande consternation) et était peut-être mieux connue pour ses chroniques de recettes hebdomadaires entre 1959 et 1982 en tant que rédactrice en chef de Weekend Magazine et de son successeur, Today. Elle a écrit plusieurs livres de cuisine pour ces magazines, ainsi que Margo Oliver’s Cookbook for Seniors (1989) et Margo Oliver’s Good Food for One (1990). En 1993, elle a été intronisée au Temple de la renommée des Home Economists in Business de l’Ontario. La carrière d’Oliver s’est étendue d’un océan à l’autre pendant plus de trois décennies


2011

Marie Nightingale (1963–2014, Nova Scotia)

Photo Credit: Perry Jackson, courtesy of Saltscapes Publishing Ltd.

After four years of diligent research prompted by Canada’s 100th birthday, Marie Nightingale (1928–2014) produced the esteemed Out of Old Nova Scotia Kitchens in 1970. It continues to be an important resource on the province’s culinary history, from the Mi’kmaq through to colonialization by successive waves of French, Loyalist, Black, German, Irish and Scots. Her book led to her becoming the food columnist for 20 years at the Halifax Chronicle-Herald, and then at the lifestyle magazine Saltscapes. Her two other cookbooks were Marie Nightingale’s Favourite Recipes (1993) and Cooking with Friends (2003). Her work won many awards during her career, among them the Edna from Cuisine Canada. To great national fanfare, Out of Old Nova Scotia Kitchens was republished in a 40th-anniversary edition in 2010.

Posthumous Inductee Jehane Benoît (1904–1987, Québec)

Photo Credit: CBC Still Photo Collection A040856

Au cours de sa longue et éminente carrière, Madame Benoît a inlassablement promu les arts culinaires et défendu avec passion la bonne cuisine canadienne auprès des Canadiens de toutes les origines ethniques et de tous les horizons. Secrets et recettes du cahier de ma grand’mère publié en 1959 est le premier livre de cuisine de madame Benoît, bien qu’il ait été précédé de plusieurs livrets de recettes. Son dernier livre publié en 1985 était Encyclopédie de la cuisine au Micro-Ondes publié aussi en anglais. Tout aussi compétente en français qu’en anglais, elle a fait des apparitions répétées à la radio et à la télévision, notamment à l’émission nationale Take 30 de CBC. Elle a aussi écrit d’innombrables articles pour des journaux et des magazines et plus d’une trentaine de livres de cuisine. Plusieurs d’entre eux sont devenus des best-sellers classiques au Canada. Le plus connu est L’encyclopédie de la cuisine canadienne / The Encyclopedia of Canadian Cuisine, publié pour la première fois en 1963 et réimprimé à plusieurs reprises.

During her long, eminent career, Madame Benoît tirelessly promoted the culinary arts and passionately advocated for good Canadian food to Canadians of all ethnic backgrounds and walks of life. Secrets et recettes du cahier de ma grand’mère (1959) was Benoît’s first cookbook, although it was preceded by several recipe pamphlets. Her last book was Encyclopedia of Microwave Cooking (1985). Equally proficient in French and English, she made numerous appearances on radio and television, particularly the national CBC program “Take 30,” and wrote countless articles for newspapers and magazines, as well as more than 30 cookbooks. Several of them became classic bestsellers in Canada. The best known was L’encylopédie de la cuisine canadienne / The Encyclopedia of Canadian Cuisine, first published in 1963 and reprinted many times.


2010

Margaret Fraser (died 2012, Ontario) &
Carol Ferguson (died 2018, Ontario)

Carol Ferguson and Marg Fraser combined their extensive culinary knowledge into an early book on Canadian history, A Century of Canadian Home Cooking (1992), a comprehensive, illustrated culinary history/cookbook through the decades of the 20th century that remains an essential reference work.

Ferguson was the food editor of Canadian Living magazine from 1975 to 1987 and food editor of Homemaker’s magazine from 1996 to 2000. She was a regular columnist and feature writer on hundreds of articles on all aspects of the pleasures and practicalities of food and cooking. She authored the first Canadian Living Cookbook (1987) and contributed to 12 others, as well as writing The New Canadian Basics Cookbook (1999). She was a founding member of Cuisine Canada, Taste Canada’s predecessor. All that experience led her to being a food writing instructor at George Brown College until 2008, where she continued to earn a good reputation for mentoring novice culinary writers.

Fraser started as a dietitian and then shifted to the television commercial industry to become one of Canada’s leading food stylists. In the early 1980s, she freelanced for Canadian Living magazine as a food stylist, then became a contributing food writer, associate food editor and, finally, associate editor of Canadian Living’s Food magazine. She also contributed to five Canadian Living cookbooks: MicrowaveBarbecueRush HourLight & Healthy and Canadian Living’s Family Cookbook. Fraser received the Toronto Culinary Guild’s Silver Ladle Award in 1985–86, the Toronto Home Economics Association’s Marjory Flint Honour Award in 1993, and the Ontario Home Economists in Business Hall of Fame Award in 2002.

Carol Ferguson (décédée en 2018) [à gauche] et Margaret Fraser (décédée en 2012) [à droite] ont combiné leurs vastes connaissances culinaires dans le livre A Century of Canadian Home Cooking (1992). C’est un livre historique/livre de cuisine complet et illustré sur l’histoire des livres de cuisine canadiens à travers les décennies du 20e siècle qui demeure un ouvrage de référence essentiel.

Ferguson a été Rédactrice Culinaire en chef du magazine Canadian Living de 1975 à 1987 et
Rédactrice Culinaire en chef du magazine Homemaker de 1996 à 2000. Elle était chroniqueuse et rédactrice de centaines d’articles sur tous les aspects des plaisirs et des aspects pratiques des aliments et de la cuisine. Elle est l’auteur du premier livre de cuisine de Canadian Living Cookbook (1987) et a contribué à douze autres, ainsi qu’à la rédaction de The New Canadian Basics Cookbook (1999). Elle a été membre fondatrice de Cuisine Canada, l’organisme qui a précédé Taste Canada. Toute cette expérience l’a amenée à devenir enseignante en rédaction culinaire au George Brown College, jusqu’en 2008, après quoi elle a œuvré en tant que mentor pour des auteurs culinaires novices.

Fraser a commencé comme diététiste, puis s’est tournée vers l’industrie de la publicité
télévisée pour devenir l’une des principales stylistes culinaires au Canada. Au début des années
1980, elle a travaillé à la pige pour le magazine Canadian Living en tant que styliste culinaire, puis est devenue rédactrice culinaire, rédactrice adjointe en alimentation et enfin rédactrice en chef adjointe du magazine CL’s FOOD. Elle a également contribué à cinq livres de cuisine de Canadian Living : Microwave, Barbecue, Rush Hour, Light & Healthy et Canadian Living’s Family Cookbook. Marg a reçu le Silver Ladle Award de la Toronto Culinary Guild en 1985/86, le Marjory Flint Honor Award de la Toronto Home Economics Association en 1993 et le Ontario Home Economists in Business Hall of Fame Award en 2002.

Posthumous Inductee Kate Aitken (1891–1971, Ontario)

Photo Credit: Montreal Standard c. 1945

Kate Aitken of Beeton, Ontario, who was known in the latter years of her long career as just “Mrs. A.,” was Canada’s first celebrity cook. Her career as a cookbook author, teacher, broadcaster and speaker spanned 40 years across Canada and Europe. Her name resonated with anglophone women in this country, so ubiquitous was her presence. Kate Aitken’s Canadian Cookbook, first published in 1945 by the Montreal Standard, was republished in numerous editions up to 1966. Before 1945, her cookbook-lets promoting brand names were widely distributed to thousands of Canadian homes. Through her radio broadcasts, beginning in 1934 on CFRB to southern Ontario, then on CBC daily from the late 1940s into the 1950s to 33 stations across the country—over 9,000 broadcasts in all—Mrs. A. taught cookery to anyone within reach. After giving up broadcasting in 1957 she wrote cookery columns for the Globe and Mail. She was also known in Toronto for her cooking demonstrations at the Canadian National Exhibition and the Royal Winter Fair, attracting throngs of eager visitors. For decades, women all over the country contributed prized recipes by Mrs. A. to their local community cookbooks.

Kate Aitken de Beeton, en Ontario, qui était connue dans les dernières années pour sa longue
carrière sous le simple nom de « Mrs. A. », a été la première cuisinière célèbre du Canada. Sa carrière en tant qu’auteure de livres de cuisine, enseignante, animatrice de radio et conférencière s’est étendue sur une période de quarante ans tant au Canada qu’en Europe. Son nom résonnait chez les femmes anglophones du pays, tant sa présence était omniprésente. Le Kate Aitken’s Canadian Cookbook, publié pour la première fois en 1945 par The Montreal Standard, a été réédité plusieurs fois jusqu’en 1966. Avant 1945, ses livrets de cuisine faisant la promotion de marques populaires étaient largement distribués dans des milliers de foyers canadiens. À travers ses émissions de radio, à partir de 1934 sur CFRB dans le sud de l’Ontario, puis sur CBC diffusé tous les jours de1940 aux années 1950 sur 33 stations à travers le pays – plus de 9000 émissions en tout – Mrs A. a enseigné la cuisine à toutes les personnes de l’auditoire. Après avoir abandonné la radiodiffusion en 1957, elle a écrit des chroniques culinaires pour le journal Globe and Mail. Elle était également connue à Toronto pour ses démonstrations de cuisine à la Canadian National Exhibition et à la Royal Winter Fair, attirant ainsi une foule de visiteurs enthousiastes. Pendant des décennies, des femmes de tout le pays ont publié des recettes prisées de Mme A. dans les livres de cuisine de leur communauté locale.


2009

Elizabeth Driver (Ontario)

Photo Credit: Sarah Hood for CHC

Culinary Landmarks: A Bibliography of Canadian Cookbooks 1825–1949 by Elizabeth Driver was a monumental undertaking encompassing 20 years of thorough and exhausting scholarship. The bibliography is remarkable because of the intensive attention to each and every entry from all the regions of Canada, coast to coast to coast. This seminal work provides not only the background and the history of Canadian cookbooks, but also critical information about the many authors. Culinary Landmarks has become an invaluable tool for research into Canadian foodways, social history, women’s studies and book history, and as such is one of the most important books on Canadian foodways ever produced; it has been described as “a precious gift to Canada.” This first very special Hall of Fame award recognizes an outstanding achievement by a remarkable individual.

Culinary Landmarks: A Bibliography of Canadian Cookbooks 1825–1949 par Elizabeth Driver était une entreprise monumentale englobant vingt ans d’érudition approfondie et exhaustive. La bibliographie est remarquable en raison de l’attention portée à chacune des entrées de toutes les régions du Canada, d’un océan à l’autre. Cet ouvrage majeur fournit non seulement le contexte et l’histoire des livres de cuisine canadiens, mais également des informations essentielles sur les nombreux auteurs. Culinary Landmarks est devenu un outil inestimable pour la recherche sur les habitudes alimentaires canadiennes, l’histoire sociale, les études sur les femmes et l’histoire du livre, et à ce titre, il s’agit de l’un des livres les plus importants jamais produits sur les habitudes alimentaires canadiennes. Il a été décrit comme « un cadeau précieux pour le Canada ». Ce premier prix très spécial du Temple de la renommée reconnaît une réalisation exceptionnelle par une personne remarquable.